Interview
Rabiot : « Après, on se plaint qu’il n’y ait pas de joueurs français au PSG… »

Adrien Rabiot était l’invité du Club Liza dimanche soir sur RTL. Le milieu de terrain parisien est revenu sur son début de carrière professionnelle au PSG, le traitement des joueurs français et ses objectifs à remplir à Paris. Extraits.

Quand il a demandé à quitter le PSG

« Ca a toujours été un souci de temps de jeu. Je l’ai toujours dit, on me l’a souvent reproché. J’étais jeune, j’avais pas fini ma formation, j’avais besoin de jouer pour progresser. Si j’étais impatient ? Non du tout. C’est surtout l’envie et la passion, c’est ce que j’aime faire plus que tout. Je voulais jouer au foot et prendre du plaisir. Rester tous les week-end sur le banc et faire toutes les tribunes d’Europe, ce n’était pas forcément mon souhait. Ca fait partie de l’apprentissage mais parfois j’étais mécontent. C’est normal, c’est aussi mon caractère. Ca m’a aidé, ça m’a endurci, j’en suis content. »

Percer au PSG ou en France quand on est…français

« Ca a été difficile, ne serait-ce que pour intégrer le groupe professionnel. Ca a été une bataille au centre de formation. Les joueurs français sont traités différemment ici en France. Il faut prouver, on est critiqués plus rapidement, c’est dommage. Parfois des joueurs étrangers ont plus de crédit. C’est dommage car c’est pour ça que certains français ne restent pas en France. Et après on se plaint qu’il n’y ait pas de joueurs français au PSG… »

Son début de saison et sa convocation chez les Bleus

« Ca m’a fait du bien d’être appelé en Bleus même si j’ai quitté le groupe après l’Euro. Je suis venu avec de meilleures intentions. J’ai fait une bonne préparation. J’ai joué tout de suite, je suis resté sur cette bonne dynamique, être rappelé en Bleus tombe à pic. »

Ses objectifs au PSG

« Pour l’instant ça se passe bien. Le président compte beaucoup sur moi. Il m’aime beaucoup, ne veut pas me laisser partir. Pour lui, ce serait un symbole fort qu’un joueur formé au PSG soit capitaine et puisse soulever une Ligue des Champions un jour. J’en rêve aussi, on en rêve tous. Le faire avec son club formateur, il n’y a pas meilleur sentiment. C’est un objectif. »

Son avenir et ses envies de Premier League

« L’Angleterre ? Ca a été un bon moment au niveau footballistique (lors de sa formation à Manchester City, ndlr). Je veux d’abord écrire mon histoire ici et on verra par la suite. Une prolongation de contrat ? On a encore le temps (réponse de sa mère et agent Véronique). »

Vous devriez aussi aimer

Espace commentaires