Féminines
Patrice Lair a signé au PSG grâce au projet et à… Louis Nicollin !

Nouvel entraîneur des féminines du PSG, Patrice Lair s’est expliqué sur les raisons un peu surprenantes qui l’ont poussé à accepter le challenge.

« Ça n’a pas été une décision facile à prendre. Ce n’était pas ma première option. Je souhaitais découvrir le football masculin. Ce qui m’a décidé, c’est ma rencontre avec Louis Nicollin (le président de Montpellier, où il est actuellement conseiller de l’équipe féminine). Il m’a dit : « le PSG, ça ne se refuse pas ». J’étais un peu sceptique mais je me suis laissé convaincre par le projet. Je vais essayer de relever le challenge, d’amener un petit plus et de nous rapprocher de Lyon. Louis Nicollin, c’est la personne en qui j’ai le plus confiance dans le football. Il m’a dit d’y aller, que le PSG était un grand club, avec un bon président. Que dans ma carrière, c’était un choix important. Il m’a aussi dit que le foot féminin avait un certain avenir. Pour lui, les clubs vont se professionnaliser de plus en plus. Maintenant que j’ai signé au PSG (pour deux ans + une année en option), je vais me concentrer sur la fin de saison avec Montpellier et notamment cette finale de Coupe de France (contre Lyon, dimanche) », a confié à L’Equipe l’ancien coach de l’OL, visiblement motivé à l’idée de faire progresser le PSG.

« C’est un challenge passionnant, a-t-il poursuivi. J’ai accepté en connaissance de cause. Beaucoup de joueuses ont signé dans mon ancien club (Lyon, Houara, Seger…). J’ai fait un état des lieux avant de signer. Je vais rencontrer des joueuses. Je veux en garder certaines et je m’appuierai aussi sur les jeunes du club. Il y en a cinq, six qui méritent du temps de jeu. Je vais devoir former une équipe compétitive d’ici le 4 septembre. À moi de remotiver le groupe. J’ai eu des garanties par la direction qui a envie de structurer la section féminine. Il devrait y avoir l’arrivée d’un directeur sportif pour s’occuper du recrutement. Le projet est ambitieux. Il faut s’inspirer des garçons. On peut se rapprocher de leur façon de travailler. Des renforts ? J’ai ciblé des postes, oui. Mais pour l’instant, je me préoccupe de garder certaines joueuses même si on sera peut-être surpris par mes choix ! Je vais bousculer cet effectif. Paris mérite d’avoir une grande équipe. On a un projet et l’idée c’est de se rapprocher de Lyon. Quand on vient au PSG, il faut gagner et donc décrocher un titre. Dès la première année, ce serait bien. Il faudra être performants le plus tôt possible.»

Vous devriez aussi aimer

Espace commentaires