Laurent Blanc était satisfait de la victoire de son équipe face au FC Metz (3-1), mardi soir. L’entraîneur du PSG admet que la situation est bonne au classement mais rappelle que rien n’est encore joué pour le titre.

« On avait tout à gagner, encore fallait-il prendre des points. Il fallait jouer et gagner. On oublie trop souvent que Paris est sur la brèche depuis deux mois. Mais on arrive à faire un match de qualité, dans lequel on voit quatre buts. On n’a pas l’impression de voir une équipe qui joue tous les trois jours depuis deux mois. Les joueurs sont encore là physiquement, ils ont encore envie de récupérer le ballon quand ils le perdent. C’est de bon augure. De la fatigue ? Il y en a certainement, oui, mais la bonne préparation nous permet d’avoir encore de l’essence. On est encore capables de hausser notre niveau de jeu. On est déterminés, le staff, le club, et les joueurs peut-être encore plus, à gagner ce Championnat. On l’a démontré et il faudra encore le démontrer à Nantes. Un pas essentiel vers le titre ? Non, on a fait ce qu’il fallait faire. On doit se préoccuper de notre parcours, on le fait très bien pour l’instant, c’est le plus important à mon sens. Il faudra encore prendre beaucoup de points. On est en position favorable, premiers avec trois points d’avance, mais ça ne suffit pas. On n’a pas de marge qui nous assure d’être champions de France. Tous les matches vont être importants« , a analysé Laurent Blanc après la rencontre, avant de s’exprimer sur le visage de son équipe sans Zlatan Ibrahimovic.

« Une différence quand Zlatan n’est pas là ? L’an dernier, Zlatan était présent et on a fait une grande saison. Sincèrement, je pense que les joueurs sont autant déterminés quand Ibra est là, n’allons pas chercher des choses négatives ce soir (mardi), a répondu le technicien francilien. Si Ibra avait été là, cela aurait été la même chose. On a marqué douze buts en trois matches sans lui ? Peut-être qu’avec lui, on en aurait mis quinze. »

Vous devriez aussi aimer

Espace commentaires