Dans un souci d’équité, la LFP avait réclamé 50M€ à l’AS Monaco, qui refusait d’avoir son siège en France et ainsi d’être soumis aux mêmes charges sociales que les autres clubs de Ligue 1. Un accord annulé par le Conseil d’Etat.

« La transaction par laquelle la Ligue de football professionnel s’était engagée à modifier son règlement pour mettre fin au litige qui l’opposait à l’AS Monaco et permettre à ce club de participer aux championnats de Ligue 1 et 2 sans transférer son siège en France a été adoptée au terme d’une procédure irrégulière. Il annule donc la modification du règlement administratif de la Ligue, décidée par une délibération de son conseil d’administration le 23 janvier 2014, pour mettre en œuvre la transaction (le versement d’une indemnité de 50 millions d’euros payée par Monaco), l’autorisation donnée au président de la Ligue par le conseil d’administration de signer la transaction et la décision de signer celle-ci. Il enjoint à la Ligue et à l’AS Monaco de supprimer la transaction dans un délai de quatre mois», a annoncé le Conseil d’Etat.

L’AS Monaco a donc tout à fait le droit d’être inscrite en Ligue 1 et d’avoir son siège social hors de France. Ses privilèges financiers n’ont donc jamais été autant d’actualité.

Vous devriez aussi aimer

Espace commentaires