Mardi soir, le PSG affrontera le FC Metz au Parc des Princes lors de son match en retard de la 32ème journée de Ligue 1. Une affiche déséquilibrée sur le papier mais Florent Malouda y croit.

«C’est une montagne mais même l’Himalaya a été franchi ! Il y a quelque chose à faire. Je pense que le plus gros du travail est psychologique. Nous devons nous mettre vraiment dans la peau d’une équipe qui n’a rien à perdre, en respectant Paris mais pas trop. Paris joue le titre et il faut avoir cette humilité. Il faut être bien organisé, bien préparer le match, collectivement, tactiquement, et après, tenter. Essayer de ne pas subir comme en deuxième période à Bordeaux parce que là, cela va être un, voire deux crans au-dessus. Mais il faut y aller pour oser et ramener quelque chose, on a besoin de points, a expliqué l’attaquant messin pour Le Progrès. Le maintien ? J’y crois. Quand on va jouer à Bordeaux avec de telles ambitions sur la première période, je n’ai vraiment aucun doute et je pense qu’on peut poser des problèmes à n’importe quelle équipe. Même Paris, même Marseille. Ça, c’est le minimum. Pour se maintenir, je pense qu’on a les capacités mais il faudra jouer avec le coeur, beaucoup de coeur et, par rapport à la deuxième période à Bordeaux, avec un peu plus de jugeote dans les choix pour gérer les temps forts et les temps faibles.»

Vous devriez aussi aimer

Espace commentaires